Electro galvanisme & électro hyper sensibilité (EHS)

Electro galvanisme

L’électrogalvanisme buccal est la présence de courants mesurables en millivolts et micro-Ampères entre les différentes reconstructions dentaires buccales. Il est la résultante de 4 facteurs : la présence de métaux différents sur les dents,  (mercure, à l’argent, au palladium, au nickel, au chrome, au béryllium, au cobalt, au gallium, au molybdène, iridium, indium, titane), à une salive plus ou moins conductrice, au type de mastication (bruxomane ou ruminant au  chewing-gum)  et à la présence de micro-organismes (streptocoques mutans et candida albicans). Les matériaux métalliques en bouche (électrodes)  immergées dans un électrolyte, la salive, le milieu plasmatique perdent de leur substance par diffusion d’ions métalliques dans les fluides ou tissus environnants.
Les matériaux non métalliques (résines..) sont peu sensibles à la corrosion, mais, peuvent cependant, se dégrader sous l’effet d’actions chimiques, physiques, mécaniques et enzymatiques.
On considère que l’électrogalvanisme est «acceptable», lorsque nous mesurons moins de 100 millivolts et moins de 10 micro-Ampères.
Au-delà de ces chiffres et en présence de symptômes, un traitement s’imposera.
Les symptômes locaux (gingivite, stomatite, glossite, maladies parodontales, aphtes, lichen plan, candidose,  mauvaise haleine, goût métallique, tatouage gingival au mercure, sensation de mâcher du papier d’aluminium, et décharges électriques lors de la mastication ou au contact d’une cuillère),  sont souvent associés à des symptômes généraux communs avec les 100 symptômes de la fibromyalgie décrits par A. Mergui : Fatigue Chronique, maux de tête, migraines, modification de l’humeur, irritabilité, indécision, anxiété, intolérance au stress, baisse de concentration, perte de mémoire à court terme, déclin intellectuel, dépression, sinusites et rhinites chroniques, rhume des foins, urticaire, eczéma, dermatoses, psoriasis, tics des paupières, insomnie, hypersomnie….
Le traitement consiste en une dépose des métaux intrabuccaux avec toutes les précautions qui s’imposent s’il s’agit de mercure :un seul amalgame à la fois, canule d’aspiration chirurgicale d’appoint, aspiration chirurgicale puissante, forte irrigation  puis rinçage du  patient avec une solution de chlorella 
Au niveau dentaire, si cela est nécessaire, il y aura lieu de n’utiliser que des reconstructions sans métal, en favorisant la porcelaine sur zircone. Le meilleur matériau étant la dent naturelle.